TOP10

10 fausses bonnes idées pour optimiser ta voiture américaine

optimisation-voiture-americaine
Commentaires (8)
  1. Daniel "Zoot" Dimov dit :

    Bonjour, je ne suis pas d’accord avec deux points :

    – 1 : l’allumage électronique : ça fait 22 ans que je monte des allumages électroniques sur ma voiture et ils ne m’ont jamais lâché même si, en bon parano, j’ai un second boîtier « ocazou ».
    – 2 : L’huile de synthèse. C’est le manuel du conducteur d’époque( 1966 ) qui oblige clairement à utiliser de l’huile de synthèse en précisant en gras : « ne jamais utiliser d’huile minérale ». Je suis donc les préconisations du manuel depuis que j’ai ma voiture, soit 2003, et je roule à 10 W 20 ou 40 de synthèse. Ma consommation d’huile est insignifiante et l’huile change très peu de couleur entre deux vidanges( tous les 6/70000 kms )comme mon moteur est en excellent état. Tout va bien merci ! ZOOT

    1. Chuck Jordan dit :

      Bonjour et merci pour ces précisions ! C’est vrai que les allumages électroniques sont relativement fiables mais je tenais à rétablir quelques vérités sur les allumages classiques et leur réputation infondée à être tout le temps défectueux. Pour les huiles, ça mérite débat mais la plupart des propriétaires d’anciennes sont unanimes sur le fait qu’une huile de synthèse est à proscrire pour les vieux moteurs jamais ouverts et qui tournent peu souvent à allure modérée. Les agents détergents de ce type d’huile sont souvent trop agressifs et peuvent obstruer le circuit de lubrification voire gripper la pompe à huile. En revanche, il est recommandé d’utiliser une huile de synthèse – plus performante – pour les moteurs refaits.

  2. franck dit :

    Je suis entièrement d’accord avec cet article. Juste que concernant la conversion à l’allumage électronique, si bien réglé (évidement !) c’est quand même plus fiable (et notamment par temps humide et froid). Pour l’huile moteur suivre évidement les préconisations du constructeur mais il est vrai que la très, très, grande majorité des V8 US (en fonte) des années 40, 50, 60 et même 70 n’ont pas besoin d’autre chose qu’une bonne minérale une 20W50 ou 15w40) à part peut être quelques rares moteurs très pointus d’époque.

    1. Chuck Jordan dit :

      Effectivement, l’humidité n’est pas la meilleure amie de l’allumage classique mais on voit moins apparaître les défauts sur des véhicules de loisir qui roulent occasionnellement et sont souvent stationnés dans de bonnes conditions le reste du temps.

  3. Raymond dit :

    Je voudrais bien tester le numéro 3 des ces fausses bonne idées.cela me va très bien avec mon ancienne voiture.En plus je trouve cette idée tout à fait faisable.Merci

    1. Chuck Jordan dit :

      Cette modification est très courante et relativement fiable quand c’est bien fait mais un allumage à vis platinée n’est pas si catastrophique que la légende le raconte. Je connais quelques voitures qui l’ont toujours et roulent sans problème depuis des années, d’autant que ce sont des anciennes à usage occasionnel. L’investissement n’est donc pas indispensable.

  4. FRANCK dit :

    Pour l’huile moteur, à part quelques Muscles cars très pointus des années 60-70 il n’ y a pas besoin de mettre une huile de synthèse ou semi-synthèse. d’autant plus que les huiles, y compris les minérales, ont vraiment évoluées et une bonne huile minérale d’aujourd’hui est bien meilleure qu’une de 1960. Les détergents qu’elles contiennent (certes plus agressifs que les huiles d’il y a 40-50 ans ) ne sont pas un problème sauf pour les très anciennes (ex. Ford T, A…) dans lesquelles certaines pièces internes sont en bronze et les ont des aciers moins fiables d’une manière générale que les moteurs construits après la seconde guerre.

    En effet, on avance souvent que compte tenu des performances très modestes de nos gros moteurs US en fonte (puissance au litre ridicule, moteurs lents, etc.) il n’est pas nécessaire d’y mettre des huiles « hautes performances » car c’est un peu comme jeter de l’argent par les fenêtre ou en d’autres termes donner de la confiture aux cochons…

    Cependant il y a une autre raison, bien plus importante et rarement évoquée :

    J’ai eu l’occasion de lire plusieurs articles sur les huiles minérales, de parler avec des collectionneurs (notamment véhicules US de la second guerre) et des commerciaux représentant de grands fabricants d’huiles moteurs. Il en ressort que les huiles de synthèse et dans une moindre mesure les semi-synthèses sont conçus pour des moteurs modernes qui peuvent tourner rapidement, qui ont une plage de température de fonctionnement beaucoup plus réduite (grâce à l’électronique) et des jeux au niveau ds pièces en mouvements très différents par rapport à un moteur de 40-50 ans et plus et par conséquent, un refroidissement plus performant.

    Ces huile sont dites « ATHERMIQUES » : En effet, pour garder leur hautes propriétés lubrifiantes elles absorbent bien moins les calories au contact des pièces du moteur qu’une huile minérale ! (pensez par exemple aux vieux combi WV à refroidissement par air : l’huile sera toujours minérale car elle permet un important échange thermique (c’est à dire transfert de calories) entre le moteur et l’huile…

    Hors, dans un moteur ancien, sans sonde et ordinateur électronique pour gérer le refroidissement et sans ventilateur électrique, l’amplitude thermique du moteur sera supérieure à celle d’un moteur contemporain. Ce n’est pas grave en soi puisque ce sont des moteurs en fonte (bloc et culasse(s)) et ils vont pas se déformer par la chaleur pour un rien contrairement aux moteurs tout en alu…

    Conséquence : Une huile de synthèse, utilisée dans des moteurs lents avec des régimes maxi qui tournent autour des 4000-4400 tr/mn comme la plupart de nos US (voire quelques fois moins…) non seulement n’apportera pas un « + » mais pire et contrairement aux huiles minérales, l’huile de synthèse va former une pellicule entre le piston et le cylindre qui gène le bon refroidissement : la chaleur sera donc moins bien évacuée et cela au moins jusqu’à 6000 tr/mm ! Si cela n’est pas grave dans un moteur moderne puisqu’en principe (et si tout fonctionne !) l’électronique permet d’adapter finement la force du refroidissement moteur via le ventilo (plusieurs vitesses) il n’en est pas de même pour un véhicule ancien sans ce système…(imaginez votre gros V8 en fonte, à l’arrêt, dans un embouteillage l’été !)

    Donc une bonne huile minérale du style 15w40 (années 60-70 début 80) ou même 20w50 dans les années 50 c’est très bien pour la plupart de nos US… Du moins celles avant l’apparition des blocs-culasses en alu et/ou des ordinateurs « sous le capot » gérant au poil près la température du moteur…

    1. Chuck Jordan dit :

      J’en apprends davantage au passage. Voilà qui devient encore plus clair ! Merci pour ces infos 😉

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont signalés par un *

Current ye@r *