Focus

10 voitures américaines qu’on adore ou qu’on déteste

Article précédentDodge ou la suprématie du V8
Commentaires (3)
  1. McCloud dit :

    L’une des originalités de la DeLorean Comet était une carrosserie en alu taillé dans la masse (carrosserie non peinte). L’aventure ayant tourné à la magouille, sans McFly cette Bagheera (quant à elle en fibre de verre taillé dans la masse) à l’américaine serait bien oubliée.

    La Bricklin a eu son quart d’heure de célébrité dans « Gone in sixty seconds 2 » (HB Halicki, 1983), où elle est prise en chasse (entre autres voitures de patrouille) par un gros flic en Jag XJ12 : https://www.youtube.com/watch?v=QYRtr_duOxU

    Excalibur, Clenet, Zimmer produisaient en effet des réplicars hallucinantes qui semblaient inspirées par le phaeton de l’Oncle Picsou. Stutz fabriquait en série une pimpmobile déclinée en coupé, berline et limousine, avec tableau de bord de yacht. Le connaisseur trouvera à la Stutz un lointain air de famille avec les Imperial et DeSoto déjantées de la fin des années 50 : c’est que la patte du génial Virgil Exner a sévi, on aime ou on rejette, elle ne laisse pas indifférente. Presley comme Barry White cruisaient en Stutz. Epoque révolue. Le Cad Escalade est aujourd’hui la référence de icones de la zique.

    L’AMC Pacer se voulait au départ une R5 à l’américaine, je me souviens en tout cas qu’elle était présentée comme telle dans l’Auto-Journal de l’époque, qui la voyait promise à une certaine popularité sous nos cieux. Il n’en a rien été. Son design s’est broughamisé dans ses versions ultérieures, obéissant à la mode naissante des personal cars. Ses lignes étaient harmonieuses avec ses générreuses surfaces vitrées , ses courbes qui tranchaient sur une production aux ligne tirées au cordeau, son ambiance intérieure toute de couleurs et de fantaisie.
    A contrario, le PT Cruiser a fait son petit bonhomme de chemin par chez nous, mais sur une faible distance. Trop de problèmes mécaniques. Dommage.

    1. Chuck Jordan dit :

      Merci pour toutes ces précisions ! J’ai le même regret concernant le PT Cruiser pour lequel j’avais eu un vrai coup de cœur à sa sortie.

    2. Nicolas dit :

      Petit rectificatif, la carrosserie de la DMC-12 n’est pas en alu, mais en inox. Finition inox brossé, non peinte effectivement, ce qui est déjà une sacrée originalité.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont signalés par un *